Paris, le 27 octobre 2020

CONTRE LES APPELS A LA HAINE, A LA VIOLENCE ET A LA DESTRUCTION DE LA FRANCE 

L’association Respect Zone de lutte contre les cyberviolences souhaite rendre hommage à Monsieur Samuel Paty, professeur assassiné pour avoir simplement exercé sa mission d’éducation.

Elle souhaite adresser toutes ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Monsieur Samuel Paty était un professeur très apprécié et qui se préoccupait de l’avenir de ses élèves : un de ces professeurs qui marque notre adolescence, dont nous n’oublions jamais le nom, ni les paroles, ni le visage.

C’était un professeur ouvert sur le monde et sur les cultures, qui avait pour seul objectif d’ouvrir l’esprit de ses élèves, de leur donner les clés pour mieux comprendre le monde qui nous entoure.

Il a fallu qu’il fasse un cours sur la liberté d’expression, pour que certaines personnes en désaccord avec les valeurs de notre République s’insurgent et que d’autres commettent l’acte odieux que nous connaissons.

Nous associons au souvenir de ce professeur, celui de Jonathan Sandler, professeur assassiné le 19 mars 2012 avec ses deux petits garçons Ariéh et Gabriel devant l’école Ozar Hatorah de Toulouse..

Après le choc et la sidération, puis l’hommage appuyé et le recueillement, l’heure est venue pour nous de nous poser les questions qui s’imposent, à l’heure où les valeurs de notre République sont remises en cause par certains de nos concitoyens et par des gouvernements étrangers :

Comment faire vivre la laïcité ?

Comment transmettre les valeurs de la République et de la démocratie ?

Comment préserver la liberté d’expression tout en éradiquant la haine en ligne ?

Revenons sur la liberté d’expression. Le respect de la liberté d’expression revient à garantir l’esprit de nos lois : toute critique est réputée licite et légitime tant qu’elle vise les Choses (Dieu, Allah, YVH, leurs émissaires, l’Église de Rome, le Socialisme, l’Écologisme, le Véganisme, le Capitalisme, le Scoutisme, etc.) et non les Êtres.

Le respect de la liberté d’expression, c’est donner toute sa place à l’opinion, au débat sans que quiconque ne puisse être inquiété pour son intégrité et sa sécurité.

Le respect de la liberté d’expression, c’est garantir à toutes et tous la possibilité de disposer de la capacité à décoder l’information, détecter les manipulations et les fausses informations, s’émanciper et construire ses propres convictions.

Il devient urgent d’aborder cette question avec tous les collégiens et lycéens de France.

Pour cela, l’association Respect Zone émet trois propositions :

   1. À la rentrée des vacances scolaires, faire une minute de silence en hommage à Monsieur Samuel Paty et échanger avec tous les collégiens et lycéens de France sur la question du respect de la liberté d’expression, de l’usage des outils numériques et des valeurs de la République

   2. Instaurer « la journée du respect » le 16 octobre de chaque année en hommage à Monsieur Samuel Paty et inviter tous les collégiens et lycéens à réfléchir sur la question du respect de la liberté d’expression et des valeurs de la République

   3. Responsabiliser les grandes plateformes du numérique et les engager à une modération accrue et citoyenne tout en les faisant participer pleinement à la vie démocratique par une taxe abondant un fonds public de soutien aux associations luttant contre les cyberviolences pour le respect de la liberté d’expression et les valeurs de la République

« L’assassinat de Samuel Paty et la vague de contenus haineux à laquelle nous assistons depuis le 16 octobre démontrent que les dispositifs mis en place depuis 20 ans ne sont plus adaptés à notre société. Notre association Respect Zone réclame dans chaque classe et dès la rentrée scolaire l’instauration d’une minute de silence précédée d’une discussion obligatoire sur l’attentat du 16 octobre ainsi que la création d’une journée annuelle du respect. Par ailleurs, il devient urgent d’adopter au plan européen de nouvelles règles qui responsabilisent les plateformes de réseaux sociaux et leur imposent des obligations renforcées avec des sanctions fortes. Notre association Respect Zone souhaite qu’une taxe soit mise en place pour que les grandes plateformes du numérique participent au financement des associations engagées dans la lutte contre les cyberviolences. » déclare Philippe Coen, président de Respect Zone.

Contact  presse : info@respectzone.org

PARTAGER