Discours Jacques Chirac 16 juillet 1995