à Madame  / Monsieur le Candidat à la Présidence de la République

Paris, le 26 janvier 2012,

A l’heure où les incitations à la violence et les actes à caractère raciste et haineux se multiplient en France et en Europe (récemment en Norvège, en Allemagne, en Grèce, etc.),

A l’heure où les paroles xénophobes ressurgissent dans le débat politique français,

A l’heure où la crise financière semble tenir lieu d’excuse pour justifier le rejet de l’autre,

L’histoire semble bégayer.

C’est précisément dans ce contexte que le texte d’Hitler, Mein Kampf, véritable pierre angulaire de la propagande nazie et catalyseur d’une haine meurtrière inégalée, va tomber dans le domaine public à compter du 1er janvier 2016. Cette application normale du droit d’auteur ouvrira la voie à une encore plus large, incontrôlable et redoutable diffusion.

Partant des constats :

–          que les jeunes gens connaissent peu et mesurent de moins en moins les conséquences de la propagande nazie,

–          que les derniers témoins et survivants de l’horreur nazie disparaissent,

–          que Mein Kampf continue d’être un Best Seller dans un grand nombre de régions du monde,

–          que Mein Kampf est déjà présent de manière anarchique et sans contrôle sur Internet, sans proposition de repères historiques et sans qu’aucune leçon ne soit tirée de l’Histoire,

Nous avons réuni l’Initiative de Prévention de la Haine.

L’Initiative, fondée à Paris mais comptant déjà des membres actifs dans de nombreux pays, mobilise des personnalités issues d’horizons très variés : avocats, juristes, politiques, journalistes, historiens, philosophes, artistes, psychanalystes, financiers, économistes, traducteurs…

L’Initiative s’inspire notamment de la solution française appliquée à une édition papier : la Cour d’Appel de Paris en 1979 a ordonné l’apposition d’un avertissement historique, en préface, de l’édition française de Mein Kampf (Nouvelles Editions Latines).

Pour l’heure, l’Initiative a dégagé cinq premières propositions, sous forme d’une résolution non contraignante et respectueuse de la liberté de l’expression :

1. encourager les éditeurs en ligne et papier à offrir une introduction critique et pédagogique au devant de textes incitatifs aux crimes tels que Mein Kampf ;

2. encourager les opérateurs et les éditeurs papier et Internet à utiliser une signalétique (logo) indiquant que le contenu de l’ouvrage consiste en un discours de haine incitant au crime et à la discrimination raciale ;

3. encourager les opérateurs et les éditeurs papier et Internet à apposer une signalétique (logo) pour garantir que leur site, édition, plateforme sont dépourvus de contenu haineux et incitatif au crime et à toute forme de discrimination raciale ;

4. encourager les éditeurs de contenus haineux dotés de l’appareil critique ci-dessus à s’abstenir de tirer profit de l’édition de tels contenus ;

5. créer un Observatoire de Prévention de la Haine (réseau informel d’experts) afin de réfléchir en toute indépendance aux questions relatives à la diffusion de la haine (à commencer par les textes d’Hitler).

Proposition de Résolution : http://hateprevention.org/declaration-unifiee-avant-projet/

Nous pensons que ce sujet mérite d’être inscrit plus largement dans le débat public, et tout particulièrement dans le cadre de la campagne présidentielle et du futur quinquennat, au cours duquel Mein Kampf tombera dans le domaine public.  Le futur Président ne peut rester indifférent à ce débat qui se place au cœur même de la protection de l’humanité.

Les enjeux soulevés par cet événement dépassent à notre sens le simple cadre de la lutte contre le racisme, et doivent amener le peuple français à s’interroger sur les conséquences de la diffusion de tels contenus de manière incontrôlée, en particulier avec l’effet de propagation et de contagion d’Internet.

Candidat à la plus haute fonction, vous ne pouvez rester indifférent à la nécessité d’une prévention si nécessaire contre la haine.

Nous vous invitons à partager notre réflexion et à vous engager de manière publique dans ce combat.

L’échéance prochaine de l’entrée de Mein Kampf dans le domaine public est un rendez vous que le droit donne à l’Histoire.  Il nous importe de connaître votre position sur notre proposition de Résolution dans le cadre de votre projet en tant que candidat aux premières fonctions de l’Etat.

Nous demeurons bien entendu à votre disposition afin d’évoquer notre Initiative plus avant, et comptons sur votre soutien et votre engagement.

Pour l’Initiative de prévention de la Haine

 

Signataires de l’Initiative : http://hateprevention.org/supports/

Informations : www.hateprevention.org

Proposition de Résolution : http://hateprevention.org/declaration-unifiee-avant-projet/

PARTAGER