Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Le 1er janvier 2016, Mein Kampf entrera dans le domaine public du droit d’auteur, libérant ainsi pour les éditeurs la possibilité de publier ce livre.

L’Initiative de Prévention de la Haine, qui a toujours encouragé la publication d’éditions scientifiques de Mein Kampf et jugé sa censure inopportune, propose aux éditeurs désireux de publier l’ouvrage d’Adolf Hitler d’y apposer un avertissement pédagogique, que vous pouvez télécharger et utiliser gratuitement en cliquant sur les liens ci-dessous.

Nous ajouterons régulièrement des traductions dans de nouvelles langues. N’hésitez pas à nous contacter si vous pensez pouvoir nous aider à traduire l’avertissement dans votre langue.

Si vous êtes éditeur et que vous décidez d’utiliser l’avertissement conçu par l’Initiative de Prévention de la Haine, nous vous demandons simplement de ne pas modifier le texte que nous vous fournissons.

Avertissement Mein Kampf – ANGLAIS

Avertissement Mein Kampf – ARABE

Avertissement Mein Kampf – FRANCAIS

Avertissement Mein Kampf – ITALIEN

Le contenu de cet avertissement est le suivant :

Avertissement de l’Initiative de Prévention de la haine destiné à figurer de manière proéminente et visible en caractères gras au-devant de toute réédition du livre « Mein Kampf d’Adolf Hitler » en format papier ou numérique) et recommandé par l’UNESCO

Encadré bandeau en couverture, haut de la table des matières et en page 2 ainsiqu’en quatrième de couverture de la reproduction du document intégral ou partiel ;                                ___________________________________________________________________________

 

ATTENTION :

TEXTE DE PROPAGANDE RACISTE,

ANTISEMITE ET GENOCIDAIRE

 

 

Avertissement pédagogique au lecteur de « Mein Kampf »

 Au regard de l’histoire et de la mémoire des victimes du régime nazi, diffuser Mein Kampf aujourd’hui, sur quelque support que ce soit, représente une responsabilité particulière et appelle une approche éthique, critique et pédagogique. Il s’agit de lutter contre la haine etles discriminations auxquels ce livre incite. Ainsi l’éditeur de Mein Kampf (y compris sur Internet ou les réseaux sociaux) est invité à s’abstenir de toute publicité, valorisation du livre ou recherche de profit. L’édition intégrale ou les extraits de Mein Kampf présentés ici sont complets : aucune coupe n’y a été effectuée, aucun changement par rapport au texte original. Ce souci est justifié par la nature et l’histoire de ce livre, qui n’est pas un ouvrage ordinaire. Il a été rédigé par Adolf Hitler, l’un des plus grands criminels de l’histoire. Mein Kampf a été aussi l’un des bestsellers du XXème siècle, vendu à plus de 12,5 millions d’exemplaires rien qu’en Allemagne nazie, et beaucoup d’autres à travers le monde. Il a accompagné la montée du parti nazi, servant de texte de référence dont la lecture fut obligatoire pour des millions d’Allemands. Durant toute la durée du régime national-socialiste, il a été le pivot de la propagande et de l’idéologie meurtrière mises en œuvre à l’échelle du continent européen.  Car Hitler, dans Mein Kampf, expose nombre de ses théories sur la marche de l’histoire et sur la destinée humaine. Il y concentre des idées qui avaient émergé dès le XIXème siècle, pour forger une idéologie nouvelle et totalitaire. Il y parle de son enfance et de sa formation, de sa conception de l’histoire européenne et mondiale, de sa vision des « races » humaines et de l’avenir. Les idées exposées dans Mein Kampf ont été – parmi d’autres causes – à l’origine de la Seconde Guerre mondiale, de la mise au travail forcé de millions d’êtres humains et de la subjugation d’une partie de la planète. Elles ont été à l’origine de la création d’un réseau de 18 camps de concentration à travers le Reich et de milliers de camps plus petits où furent torturés les Résistants au nazisme et où furent niés les droits les plus élémentaires de la personne humaine. Ces idées ont aussi provoqué l’assassinat d’entre 250 000 et 400 000 tsiganes en Europe considérés comme membres d’une « race » inférieure. Elles ont été à l’origine de l’arrestation et de la persécution de dizaines de milliers d’homosexuels et de la mort de 15 000 d’entre eux dans les camps de concentration. Elles ont provoqué la Shoah, le génocide des juifs d’Europe. Six millions d’entre eux furent massacrés dans des opérations de tueries et les déportations vers les camps d’extermination. 60 millions d’êtres humains ont péri lors de la Seconde Guerre mondiale, la guerre la plus meurtrière de l’histoire humaine.  Certains jugeront choquante la publication de Mein Kampf plus de 70 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Des survivants, des familles de victimes du national-socialisme, risquent d’être heurtés par le fait même que l’ouvrage d’Adolf Hitler soit encore rendu disponible. Mais il est nécessaire de se rappeler que Mein Kampf n’a pas cessé de circuler à la mort d’Hitler et qu’il est encore largement lu, voire valorisé à travers le monde. L’ouvrage est également facilement disponible sur Internet.  Les idées racistes, la xénophobie, l’antisémitisme, la haine de l’autre, sont toujours présentes en Europe et dans le monde d’aujourd’hui. On assiste même à un regain de la diffusion de ces appels à la haine et à la violence, facilitée par les nouvelles technologies, par Internet et les réseaux sociaux. Mein Kampf est disséminé par ces canaux, souvent dans des versions tronquées qui masquent une partie des idées les plus à même de repousser le lecteur. Le présent avertissement rappelle la responsabilité de l’éditeur d’une telle publication et la nécessité pédagogique de rappeler que des mots peuvent être meurtriers. Mein Kampf est encore largement diffusé aujourd’hui et continue d’inspirer de nombreux criminels et terroristes et des hommes et des femmes séduits par une politique radicale et totalitaire. L’enseignement de l’histoire, contre toute idée d’exclusion, de racisme, de discrimination, de négationnisme, constitue un devoir et c’est cela uniquement qui doit guider la lecture de Mein Kampf. Il s’agit également d’un devoir de mémoire envers les victimes du nazisme et du racisme et de la dynamique de haine qu’il contient et veut promouvoir. Si vous identifiez une parution de ce livre dépourvue d’avertissement critique, veuillez le manifester à l’éditeur afin qu’il insère le présent avertissement (voir www.hateprevention.org) dans la langue de la publication, guidé par un souci de pédagogie et de critique de cette incitation à la destruction.                       Par l’association Initiative de Prévention de la Haine – 2015

PARTAGER